WikiTractatus

/le poème dont tu es le héros
[?]

justice

La justice est une foi dans la corrélation positive entre tes actes et les actes de l’autre. Le sujet s’attend à ce que ses actes lui soient rendus. Il s’attend, en d’autres mots, à ce que les actes du monde — si tant se peut que le monde « agisse » — soient du même ordre que les siens sur une échelle de valeurs spécifique, celle du bien au mal, que l’individu porte en lui.

La paranoïa est une conséquence de l’injustice. Celle-​ci advient chaque fois que l’agir de l’autre s’inscrit en décalage avec le tien au regard de ton échelle de valeurs. Elle advient chaque fois que le monde agit « moins bien » que l’individu qui avait agi en lui, et je dis « avait agi » car l’idée de justice et de l’injustice regarde toujours le monde à travers un décalage temporel; elle porte en elle une foi dans la causalité et dans la logique. En bref, l’injustice est une affaire d’écran de projection. Si tu n’en ajustes pas l’angle, la paranoïa s’installe. L’individu qui trouve le monde injuste devrait savoir qu’il est le seul à pouvoir faire bouger l’écran (seul le psychotique croit que le monde refuse de tourner). Ce faisant, il ne doit pas perdre de vue que l’écran se situe, lui aussi, dans le monde (seul le névrosé croit qu’il se situe en lui).

Mais qui, de toi ou de l’autre, devrait faire bouger l’écran qui vous sépare ? C’est là, au premier plan, une question de courage.

Soutenir ce projet : acheter le .

Publié sous licence Creative Commons BY, NC, ND
Pour faire référence à ceci:
, « justice » in Wikitractatus, .
Contact | abonnement par e-mail | RSS