WikiTractatus

/le poème dont tu es le héros
[?]

nature

La nature n’est ni bonne ni mauvaise. Elle ne fait pas de mal, et l’on ne saurait lui en faire que dans la mesure où l’on s’en distingue.

La nature est simplement ce qui se situe au delà d’une structure réalisée selon une idée humaine. Elle est ce qui dépasse le projet.

La nature se trouve au delà des murs de la ville et des barrières profondes qui te séparent de ton inconscient. La nature se peuple des habitants absents du plan urbain quadrillé d’Hippodamos de Milet. Elle est le silence sidéral qui enveloppe les colonies orbitales de la NASA. Elle sommeille dans les slums du Corbusier où la lumière de l’apôtre de la machine ne pénètre pas davantage que les forces de police. Elle couve toujours la révolte et l’irruption du désordre. La nature est ce que l’on ne détermine pas car elle naît de soi et se détermine. La nature est la zone du dehors.

La nature — désolé mon durabiliste — se situe au delà de toutes les boucles durables.

La nature c’est la négation de la totalité. Le ridicule du perpetuum mobile. La forêt obscure. Le soleil ardent qui achève ses réserves d’hydrogène. Ta mort inéluctable. Le désert du paradis.

La nature c’est l’irruption permanente de l’inconcevable. L’œuf de l’impossible.

La nature du scientifique n’est qu’un outil de la pensée. En étudiant la nature, tu te subjectivises en objet et tu donnes ainsi accès à toi même par la porte de la science.

La nature se révèle enfin dans les manières d’en jouir, dont il y a essentiellement deux. Une manière « négative », où tu jouis de la nature comme absence: l’absence d’humains, l’absence d’artefacts, l’absence d’injonctions à être humain. Et une manière « positive », où tu jouis de la nature comme d’un domaine du possible.

Soutenir ce projet : acheter le .

Publié sous licence Creative Commons BY, NC, ND
Pour faire référence à ceci:
, « nature » in Wikitractatus, .
Contact | abonnement par e-mail | RSS