WikiTractatus

/le poème dont tu es le héros
[?]

reproches

Les reproches naissent de la collision des codes. Des milliers de codes convergent en toi et te remplissent d’attentes:

Le code biologique de ton corps,

les injonctions des géniteurs passées de génération en génération,

les injonctions médiatiques,

les injonctions véhiculées par les systèmes religieux et administratifs,

les limites structurelles des moyens de communication,

la réalité codifiée par les langages acquis,

les images véhiculées par l’art…

Tout cela se rencontre en toi, s’articule, se télescope, se contredit, et te rend heureux|malheureux en fonction des faits immédiats qui t’entourent.

Quand nous rencontrons les uns les autres, nous projetons un être-​ensemble, nous fabriquons un « nous » plus ou moins heureux. Nous avons l’impression de l’être si nos attentes s’accordent. Quand cette même combinaison d’attentes génère une attente commune contradictoire: nous sommes malheureux.

Tu reproches à l’autre, codé comme toi, l’incompatibilité de ses attentes avec les tiennes. Nous reprochons les uns aux autres l’incompatibilité de nos codes, les contradictions générées par leur fusion. Les grands délateurs s’assimilent à de nerveux ingénieurs trop irrités de ce que nos APIs n’offrent pas les callbacks convenables.

La herse de la colonie pénitentiaire de Franz Kafka écrit la sentence dans le corps du condamné. Elle abîme son corps non par méchanceté, mais parce qu’il se trouve sur le passage de ses aiguilles de fer. Le code-​corps contredit le code-​loi de la colonie.

L’art non-​figuratif décode et libère.

La musique décode et libère.

Soutenir ce projet : acheter le .

Publié sous licence Creative Commons BY, NC, ND
Pour faire référence à ceci:
, « reproches » in Wikitractatus, .
Contact | abonnement par e-mail | RSS