WikiTractatus

/le poème dont tu es le héros
[?]

âme

L’âme est le mouvement dont s’anime l’un, se portant hors de soi.

Elle est ce par quoi l’un se permet de se voir juste assez pour que je puisse dire «  moi  ».

L’âme est l’enfant du rêve, un soi capable d’échapper au ici et maintenant du corps.

– L’inanimé, dit le Phèdre, est tout ce qui est mû par une pulsion extérieure, mais l’animal est mû d’un mouvement intérieur et propre ; car telle est l’animalité et la force de l’âme ; et si celle-​ci est la seule à pouvoir se mettre en mouvement, elle ne peut pas naître, et est donc éternelle.

– Et dans quoi le mouvement de l’âme se déploie-​t-​il ?

– Dans l’infini.

– Mais une âme éternelle ne remplit-​elle pas déjà la totalité de l’infini. Ayant eu le temps d’être partout, où, dans l’infini, peut-​elle encore se mouvoir ?

– Là où elle a déjà été.

– Alors elle tourne en rond.

– Peut-​être.

– Et comment les âmes, s’il y en a plusieurs, agissent-​elles l’une sur l’autre, alors que chacune ne se meut que par elle-​même ?

– Tu as raison. Il ne peut y avoir qu’une seule âme. Les êtres singuliers sont les canaux de passage de son mouvement.

– Alors l’âme agit-​elle sur elle-​même ?

– Sans doute.

– Pour agir ainsi, pourtant, la part d’elle-même sur laquelle elle agit doit être séparée d’elle-même. Sinon il n’y a pas sur quoi agir, seulement ce qui agit. Dans ce cas, il n’y a action de l’âme que lorsqu’elle devient étrangère à elle-​même. Et la part qui est restée elle-​même est mue par une force extérieure.

– Et ce n’est plus une âme, je crains.

– Non, c’est toujours aussi l’autre.

cf. sphère, prédicat

Soutenir ce projet : acheter le .

Publié sous licence Creative Commons BY, NC, ND
Pour faire référence à ceci:
, « âme » in Wikitractatus, .
Contact